Image montrant une enfant qui mange un bol de gruau

DES DIFFICULTÉS D'ALIMENTATION SUR UNE PÉRIODE PROLONGÉE PEUVENT AVOIR DES CONSÉQUENCES GRAVES, DONT LES SUIVANTES :

  • Retards de croissance causés par un apport insuffisant en nutriments
  • Conséquences émotionnelles si les parents sont trop anxieux et utilisent des méthodes coercitives pour faire manger l'enfant qui nuisent aux interactions entre eux et leur enfant
  • Disputes fréquentes à l’heure des repas
  • Anxiété à l’heure des repas, ressentie non seulement par l’enfant difficile, mais aussi par les autres membres de la famille
  • Comportement à l’heure des repas inacceptable sur le plan social

TYPES DE DIFFICULTÉS D'ALIMENTATION

Chaque enfant a des raisons différentes de refuser certains aliments.

  1. Kerzner, B. South Afr J Clin Nutr 2008;21(1):45.
  2. Chatoor I. Diagnosis and Treatment of Feeding Disorders in Infants, Toddlers, and Young Children. Washington, DC: Zero to Three Press; 2009.
CRAINTES À L’ÉGARD DE L’ALIMENTATION1,2
  • Non seulement votre enfant refuse de manger, mais il semble avoir peur de mettre des aliments dans sa bouche.
  • Votre enfant oppose une forte résistance à toute tentative d'alimentation et peut pleurer à la vue d'un biberon, d'une chaise haute ou d'un autre objet qu'il associe aux repas. Les nourrissons et les jeunes enfants peuvent également exprimer leurs craintes à l'égard de la nourriture en pleurant, en arquant le dos et en refusant d'ouvrir la bouche quand des aliments leur sont présentés.
  • Il est possible que cette crainte soit apparue après que l'enfant ait vécu une expérience traumatisante ou un événement effrayant, par exemple après s'être étouffé, avoir eu un haut-le-cœur ou avoir vomi. Peut-être aussi votre enfant a-t-il eu un problème de santé ayant nécessité l'insertion d'un tube dans sa bouche ou sa gorge.
  • Les enfants qui ont peu d'appétit et qui n'ont jamais mangé normalement sont particulièrement résistants à l'heure des repas.
  • Il est très important que l'enfant qui a des craintes à l'égard de la nourriture reçoive une alimentation complète et équilibrée afin de grandir et de se développer normalement. Votre médecin pourrait vous recommander la prise d'un supplément nutritionnel tel que PediaSure Complete® afin de combler les lacunes nutritionnelles jusqu'à ce que la difficulté d'alimentation soit résolue.

CONSEILS QUI POURRAIENT VOUS AIDER À RÉDUIRE LES CRAINTES DE VOTRE ENFANT PAR RAPPORT À LA NOURRITURE :

  • Assurez-vous que tous les membres de la famille et toutes les personnes qui prennent soin de votre enfant comprennent la difficulté d'alimentation de votre enfant et la nécessité d'éviter d'augmenter le stress ou l'anxiété liés aux repas.
  • Assurez-vous que l'alimentation n'est jamais menaçante ni contraignante.
  • Assurez-vous que toutes les personnes qui nourriront votre enfant respecteront votre plan.
  • Ne forcez pas votre enfant à manger un aliment ou à utiliser un ustensile dont il a peur.
  • Tentez de désensibiliser votre enfant en lui offrant sa nourriture lorsqu'il est détendu.
  • Si votre enfant craint les aliments solides, offrez-lui des aliments liquides; évoluez graduellement vers les purées, puis vers les aliments mous, et finalement vers les aliments solides.

Il est important de noter que vous devez consulter un médecin si votre enfant continue de refuser de manger ou de boire.


  1. Kerzner, B. South Afr J Clin Nutr 2008;21(1):45.
  2. Chatoor I. Diagnosis and Treatment of Feeding Disorders in Infants, Toddlers, and Young Children. Washington, DC: Zero to Three Press; 2009.
Consommation très sélective d'aliments1,2
  • La difficulté d'alimentation de votre enfant est caractérisée par un refus constant envers certains aliments ou groupes d'aliments précis en raison du goût, de la texture, de la température, de l'odeur ou de l'apparence.
  • Les enfants qui ont une consommation d'aliments très sélective éprouvent souvent des malaises par rapport à une variété de sensations, qu'il s'agisse de bruits intenses, de saleté sur les mains, d'étiquettes sur les vêtements, de gazon ou de sable sous les pieds, ou de lumières vives.
  • Le refus des aliments chez ces enfants va au-delà de la simple résistance normale aux nouveaux aliments observée durant l'enfance et peut persister avec les années. De nombreux parents remarquent d'abord les symptômes de cette difficulté d'alimentation lorsqu'ils commencent à offrir de la nourriture pour bébés renfermant de petits morceaux d'aliments et ayant de nouvelles textures, qui déclenchent souvent des haut-le-cœur et parfois même des vomissements.
  • Les enfants ayant une consommation d'aliments très sélective peuvent montrer des signes de nervosité lorsqu'on leur demande de manger des aliments dont le goût, la texture, l'odeur, la température ou l'apparence leur déplaît.
  • Il est bon de savoir que la plupart des enfants difficiles à l'égard de la nourriture n'éprouveront plus ce problème à l'âge adulte si la difficulté d'alimentation est prise en charge conformément aux principes énumérés sur ce site. Toutefois, en raison de leur alimentation très peu diversifiée, les enfants très sélectifs courent un risque de carences nutritionnelles. La prise d'un supplément nutritionnel tel que PediaSure Complete® pourrait être recommandée pour combler les lacunes dans l'alimentation de votre enfant.

CONSEILS QUI POURRAIENT VOUS AIDER À AMÉLIORER LA CONSOMMATION D'ALIMENTS TRÈS SÉLECTIVE DE VOTRE ENFANT :

Votre enfant n'acceptera peut-être jamais autant d'aliments que d'autres enfants, mais l'heure des repas peut néanmoins être plus agréable pour chacun.

  • Offrez à votre enfant des aliments qu'il aime; ne le forcez pas à manger des aliments qu'il ne tolère pas.
  • Si un nouvel aliment occasionne de la détresse chez votre enfant, retirez-le et remplacez-le par un autre se rapprochant davantage d'un aliment qu'il aime.
  • Ne poussez pas votre enfant à essayer de nouveaux aliments; respectez toujours les aversions de votre enfant.
  • Mangez de nouveaux aliments en présence de votre enfant sans lui en offrir; ne lui faites goûter l'aliment qu'à sa demande; adoptez une attitude neutre envers la réaction de l'enfant à l'aliment.
  • Prévenez l'anxiété chez votre enfant en ne faisant pas un problème de l'alimentation.
  • Ne félicitez pas votre enfant lorsqu'il goûte à un nouvel aliment. Adoptez une attitude neutre, que votre enfant aime ou non le nouvel aliment. (Même les félicitations peuvent rendre un enfant anxieux.)
  • Si votre enfant aime les desserts ou les bonbons, ne lui refusez pas ces douceurs pour le contraindre à manger des aliments meilleurs pour la santé. Placez plutôt sur la table à l'occasion une petite quantité de sucreries avec les autres aliments, et laissez votre enfant manger les sucreries en premier. Après un certain temps, votre enfant cessera de considérer les sucreries comme une récompense et sera moins porté à ne vouloir manger que des sucreries.

Si vous respectez ces principes, votre enfant commencera graduellement à goûter et à accepter de nouveaux aliments.

  1. Kerzner, B. South Afr J Clin Nutr 2008;21(1):45.
  2. Chatoor I. Diagnosis and Treatment of Feeding Disorders in Infants, Toddlers, and Young Children. Washington, DC: Zero to Three Press; 2009.
MANQUE D’APPÉTIT CHEZ UN ENFANT VIGOUREUX1,2
  • Certains enfants très actifs, enjoués et curieux peuvent être difficiles à nourrir, car ils montrent rarement des signes de faim, semblent plus intéressés à jouer et refusent souvent de s'asseoir pour manger. En général, ils ont très peu d'appétit, sont rapidement rassasiés et sont facilement distraits de leur repas.
  • Le manque d’appétit et le refus des aliments chez ces enfants sont souvent remarqués pour la première fois lors de la transition entre l’alimentation à la cuillère et l’auto-alimentation, soit entre l’âge de 6 mois et 3 ans.
  • N'oublions pas que les repas constituent une partie importante de la vie familiale, et qu'il est crucial que tous les membres de la famille et les personnes qui prennent soin de votre enfant s'entendent sur des repas qui stimulent la faim et l'appétit.

CONSEILS QUI POURRAIENT VOUS AIDER À AMÉLIORER L'APPÉTIT DE VOTRE ENFANT VIGOUREUX :

Appliquez les principes suivants afin de faire comprendre à votre enfant que l'heure des repas doit être consacrée à l'alimentation, et non aux jeux.

  • Offrez les repas et les collations à intervalles de 3 à 4 heures et à la même heure chaque jour.
  • Faites toujours manger votre enfant à la table ou dans sa chaise haute.
  • Limitez la durée des repas – de 20 à 30 minutes, ou 15 minutes si l’enfant ne mange pas.
  • Évitez que votre enfant prenne des collations non prévues, grignote ou boive du lait entre les repas.
  • N'offrez que de l'eau à votre enfant entre les repas.
  • Enseignez à votre enfant à manger jusqu’à satiété en lui servant de petites portions et en lui offrant de le resservir lorsqu’il a terminé son assiette.
  • Faites manger votre enfant avec le reste de la famille afin qu'il puisse prendre exemple sur les autres membres de la famille.
  • Encouragez votre enfant à manger par lui-même, mais maintenez une attitude neutre par rapport à sa consommation d'aliments.
  • Servez à votre enfant des aliments et des portions qui conviennent à son âge.
  • Encouragez votre enfant à manger par lui-même et permettez-lui de se salir un peu en mangeant, en tenant compte de son âge.
  • Introduisez les nouveaux aliments un à la fois.
  • Dissuadez votre enfant d'adopter des comportements perturbateurs et réduisez les distractions telles que les jouets, les livres ou la télévision pendant les repas.
  • Ne forcez jamais votre enfant à manger.
  1. Kerzner, B. South Afr J Clin Nutr 2008;21(1):45.
  2. Chatoor I. Diagnosis and Treatment of Feeding Disorders in Infants, Toddlers, and Young Children. Washington, DC: Zero to Three Press; 2009.
PROBLÈME DE SANTÉ SOUS-JACENT
  • Chez certains enfants, le refus des aliments ou le manque d'appétit peuvent être le signe d'un problème de santé sous-jacent. Si une affection sous-jacente est soupçonnée, votre médecin procédera à des tests et à des examens afin de poser un diagnostic et d'élaborer un plan de traitement.
  • Chez certains enfants, un traitement adéquat de l'affection sous-jacente permettra d'enrayer la difficulté d'alimentation. Toutefois, chez d'autres enfants, une difficulté d'alimentation précise peut se développer et persister même une fois l'affection sous-jacente disparue.
  • Dans ce cas, il est nécessaire de prendre en charge la difficulté d'alimentation de l'enfant (p. ex., consommation très sélective d'aliments ou craintes à l'égard de la nourriture).

CONSEILS QUI POURRAIENT VOUS AIDER À AMÉLIORER L'APPORT NUTRITIONNEL DE VOTRE ENFANT S'IL EST ATTEINT D'UN PROBLÈME DE SANTÉ SOUS-JACENT :

  • Introduisez les nouveaux aliments un à la fois.
  • Respectez les aversions de l’enfant.
  • Créez un environnement calme favorisant l’alimentation.
  • Certains enfants qui ont une affection sous-jacente auront besoin d'un supplément nutritionnel complet et équilibré tel que PediaSure Complete®.

Certaines des suggestions pour des difficultés d'alimentation précises pourraient être particulièrement utiles pour votre enfant. Essayez d'appliquer les divers conseils prodigués afin de trouver les stratégies qui fonctionnent le mieux dans votre cas.

  1. Kerzner, B. South Afr J Clin Nutr 2008;21(1):45.
  2. Chatoor I. Diagnosis and Treatment of Feeding Disorders in Infants, Toddlers, and Young Children. Washington, DC: Zero to Three Press; 2009.
APATHIE1,2
  • Les enfants qui présentent de l'apathie à l'égard de la nourriture expriment généralement peu leurs émotions et témoignent peu d'intérêt envers les repas. Leur manque d'appétit fait partie d'un repli sur soi global se manifestant par la quasi-absence de sourire, de babillage et de contact visuel entre l'enfant et la personne qui en prend soin.
  • Le manque d'appétit chez un enfant qui est également replié sur lui-même et déprimé pourrait être un signe d'attachement émotionnel insuffisant entre l'enfant et la personne qui en prend soin.
  • Ces enfants sont exposés à un risque de perte de poids considérable et de malnutrition. La prise d'un supplément nutritionnel tel que PediaSure Complete® peut aider à combler les lacunes nutritionnelles chez ces enfants.

CONSEILS QUI POURRAIENT VOUS AIDER À AMÉLIORER LE COMPORTEMENT APATHIQUE DE VOTRE ENFANT À L'ÉGARD DE LA NOURRITURE :

  • Un enfant apathique a tendance à réagir positivement quand la personne qui le nourrit est chaleureuse, attentive et expérimentée.
  • L’utilisation d’un supplément nutritionnel complet et équilibré (enfant de 1 an et plus) ou d’une préparation hypercalorique (enfant de moins de 1 an) pourrait être nécessaire pour aider à combler ses besoins nutritionnels.
  • Dans les cas plus graves, l’admission de l’enfant à un programme spécialisé en milieu hospitalier peut aider à fournir un environnement favorable à l’alimentation.
  1. Kerzner, B. South Afr J Clin Nutr 2008;21(1):45.
  2. Chatoor I. Diagnosis and Treatment of Feeding Disorders in Infants, Toddlers, and Young Chil-dren. Washington, DC: Zero to Three Press; 2009.
Privacy Policy